Jean Moulin - Artiste, Préfet, Résistant...

Nos quelques pages sur la Résistance n'ont pas l'ambition de constituer une référence sur le sujet où la période. Notre seul souhait est qu'il vous soit agréable de les lire.

Parachuté dans les Alpilles

Jean Moulin revient de Londres, parachuté en Provence dans la nuit du 1er au 2 janvier 1942 avec la mission qu'il était allé solliciter auprès du général de Gaulle, ainsi résumée par le Colonel Passy dans ses mémoires :

Après plusieurs longues conversations avec le général, Moulin lui proposa de retourner en France pour tenter de constituer, en zone libre, une fédération des mouvements de Résistance et d'établir entre eux et la France Libre, des liens solides. [… il] serait représentant unique du général en zone libre, pour tout ce qui concerne l'Action [aussi bien politique que militaire].

Il revient avec deux documents : une lettre manuscrite du général de Gaulle sur deux feuillets de grand format et un microfilm de consignes destinées aux mouvements. Il rapporte avec lui également beaucoup d'argent.

Il est parachuté en compagnie de Joseph Monjaret (dit Hervé) et Raymond Fassin. Au petit matin, Joseph Monjaret, le radio de la mission, séparé de ses camarades, s'égare et, ne sachant les rejoindre, part le jour même vers Marseille, puis Toulon et enfin Bargemon, chez Lucie et Henri Manhès. Raymond Fassin et Jean Moulin passent la journée et la nuit suivante à Eygalières dans le maset que Jean a acheté un an plus tôt. Ils se séparent le 3 janvier au matin. Jean Moulin, après un passage par Saint-Andiol chez ses cousins Escoffier, rejoint sa mère et sa sœur à Montpellier.

Ce parachutage a été réalisé sans équipe de réception au sol et, contrairement à ce qui a parfois été dit, personne ne fut chargé de "faire le ménage" sur le terrain. La radio et deux des parachutes furent enterrés à la hâte. Quelques semaines plus tard, c'est Joseph Monjaret lui-même qui revint récupérer le poste radio qu'il répara et commença à opérer dans le grenier du presbytère de Caderousse. Les deux autres parachutes, dissimulés sommairement sous des broussailles furent retrouvés quelques semaines plus tard par la gendarmerie.

Reprise de contact avec les mouvements

Immédiatement, Jean Moulin, maintenant alias Rex et Régis, choisit d'établir son principal centre d'action à Lyon. Le 12 janvier 1942, il y rencontre Paul Rivière, qui témoignera :

Il voulait faire l'unité de la Résistance, convaincre les chefs de mouvements de la nécessité d'une action commune en liaison avec la France Libre, sans esprit de clocher, sans ambition personnelle, sans querelles politiques.

Jean Moulin reprend également contact à Marseille avec Marcel Recordier qu'il charge de lui ménager une entrevue avec Henri Frenay. Cette rencontre a lieu dans la deuxième quinzaine de janvier chez Agnès Bidault. Henri Frenay dira qu'il était heureux de ce premier contact avec Londres qu'il souhaitait depuis longtemps, heureux de recevoir l'argent que lui remis Rex, mais contrarié des consignes, d'une rigoureuse précision, qu'on lui soumettait.

À Lyon, Rex reprend contact avec les journalistes de l'équipe du Progrès, en particulier Rémy Roure. Il rencontre Georges Bidault, Henri Aubry de Combat, Raymond Aubrac et Emmanuel d'Astier de la Vigerie de Libération, Antoine Avinin et Jean-Pierre Lévy de Franc-Tireur… À Pâques, Il fait un séjour à Paris pour y rencontrer lui-même les personnalités avec lesquelles Pierre Meunier et Henri Manhès sont en contact.

Service radio

La liaison radio avec Londres est le premier service promis par Jean Moulin aux mouvements. La première liaison fut entièrement l'œuvre de Joseph Monjaret compagnon de parachutage de Jean Moulin. C'est sur le patriotisme, le cran et le sérieux de ce jeune homme de vingt et un an qu'a reposé le succès de ce service. Le matin du parachutage, Joseph Monjaret n'avait pu suivre ses camarades et s'était égaré. Il avait pris l'autocar pour Marseille et avait rejoint Toulon pour se présenter chez la sœur de Bruno Larat qui à Londres lui avait remis une lettre d'introduction. Malheureusement éconduit par le mari, banquier pro-Pétain, il se souvient que Jean Moulin lui a remis une lettre destinée à Henri Manhès qui habite à Bargemon. Il prend congé de la sœur de Bruno Larat en lui chuchotant le nom de ce village. À la recherche de son radio, Jean Moulin envoie Jane Boullen à Toulon où elle est éconduite sans obtenir d'information. C'est Laure Moulin qui, le 15 janvier, prend le relais et se rend à Toulon chez le banquier. Au moment où elle allait prendre congé, la femme lui glisse à voix basse le nom de Bargemon. Rassurée, elle en informe son frère le samedi suivant. Entre-temps, Lucie Manhès, perplexe, avait reçu Joseph Monjaret et se demandait que faire vis-à-vis de ce jeune homme. Jean Moulin arrive à Bargemon le 23 janvier, Manhès arrive de Paris le lendemain. Moulin accompagne Joseph Monjaret à Marseille où il le met en contact avec Henri Aubry de Combat. Celui-ci le conduit à Avignon où il le présente à M. Mousson responsable local de Combat, chez qui il rencontre l'abbé Krebs, aumônier des Alsaciens et Lorrains expulsés. L'abbé Krebs le conduit enfin à Orange auprès de M. Bennaroya. Là il fait la connaissance de l'abbé Miral, curé de Caderousse, dans le presbytère duquel il va pouvoir installer l'émetteur qu'il va récupérer dans les Alpilles.

Par un curieux hasard, Laure Moulin récupère un autre poste radio de même modèle que Jean fait passer à Joseph Monjaret. En mai, Joseph déménage de Caderousse vers Tassin-la-Demi-Lune. Il y forme deux jeunes techniciens radio recrutés par Franc-Tireur. Après l'été 1942, Londres fait parachuter de nouveaux émetteurs plus légers et plus performants. En septembre Joseph Monjaret quitte le service radio pour le poste d'officier de liaison avec Franc-Tireur.

Service des opérations aériennes et maritimes

En parallèle avec le service radio, Jean Moulin met sur pied un Service des Opérations Aériennes et Maritimes (S.O.A.M.), qui sera ainsi nommé et pleinement opérationnel fin 1942. Il est organisé, dès janvier 1942, par Raymond Fassin, lui aussi compagnon de parachutage de Jean Moulin. C'est un jeune instituteur, lieutenant aviateur de réserve, qui a subi un entrainement spécial auprès de la R.A.F. et du S.O.E. (Special Operations Executive). Les Britanniques exigent la présence dans ce service d'officiers brevetés en Angleterre, garants de la sécurité de leurs opérations. Plusieurs tentatives précédentes ont en effet échoué faute d'avoir trouvé en France un terrain approprié et une équipe de réception correctement entrainée.

Raymond Fassin se révèle un excellent organisateur qui, pendant plusieurs mois, organise des opérations aériennes pour Combat et pour Rex, avant que Rex ne puisse faire comprendre aux chefs de la Résistance la nécessité d'avoir un tel officier de liaison affecté à chaque mouvement, dans leurs régions d'action. Ainsi, Raymond Fassin qui assure la liaison avec Combat et prend en charge les régions R1 (Lyon) et R2 (Marseille) est rejoint par Joseph Monjaret qui se charge de la liaison avec Franc-Tireur et des régions R3 (Montpellier) et R4 (Toulouse) et Paul Schmidt qui prend en charge la liaison avec Libération et les régions R5 (Limoges) et R6 (Clermont-Ferrand).

La tâche du S.O.A.M. est vitale et complexe. Il faut en effet rechercher des terrains, transmettre leurs coordonnées et leurs caractéristiques à Londres pour leur homologation par la R.A.F. Il faut aussi écouter systématiquement la B.B.C. pour recevoir les "messages personnels" qui annoncent les opérations, recruter et former des équipes chargées du balisage des terrains, de la réception et du transport du matériel et des passagers, trouver des "planques" ou abris pour ces passagers et ces matériels.

Début 1943, Raymond Fassin est dangereusement menacé et Jean Moulin le contraint à rejoindre Londres. Joseph Monjaret est arrêté le 4 avril. Raymond Fassin est remplacé par Bruno Larat, Pierre Rateau remplace Monjaret et Alain Grout de Beaufort est attendu pour remplacer Paul Schmidt. Le service est réorganisé et renommé Centre des Opérations de Parachutage et d'Atterrissage (C.O.P.A.). Vu le très faible nombre d'opérations maritimes, le M du précédent sigle est en effet devenu désuet, et avec la création des M.U.R., les services des trois mouvements ont fusionné.

En juin de la même année, Bruno Larat est arrêté à Caluire en même temps que Jean Moulin. Le service est tout d'abord coordonné par Pierre Péry puis réorganisé et renommé Section des Atterissages et Parachutages (S.A.P.). Paul Rivière, parachuté de Londres le 22 juillet 1943, en prend le commandement.

Services centraux

Pour que la France résistante prenne une place importante et reconnue, tant auprès de l'opinion publique que des Alliés extérieurs, Jean Moulin décide de créer, en accord avec les mouvements mais indépendants d'eux, deux organismes : le Bureau d'Information et de Presse (B.I.P.) et le Comité Général d'Études (C.G.E.).

Bureau d'Information et de Presse

L'objectif du B.I.P. est de diffuser les informations de propagande provenant de Londres, de répartir le matériel de propagande en utilisant le circuit des mouvements, de transmettre en retour à Londres les informations pouvant intéresser la France Libre, de préparer des articles et des documents à publier dans la presse des Forces Françaises Libres, mais aussi dans la presse anglaise, la presse américaine et la presse de pays neutres. Jean Moulin confie la responsabilité de ce service à Georges Bidault, ex rédacteur en chef de l'Aube.

Le B.I.P. envoie à Londres un bulletin, tout d'abord mensuellement, puis tous les quinze jours, toutes les semaines, voire deux fois par semaine. Le colonel Passy témoignera en ces mots :

Cette création de Max fut, sur le plan humain, une des plus belles réalisations. Elle permit cette union intérieur-extérieur qui lui tenait tant à cœur.

Comité Général d'Études

C'est François de Menthon qui proposa à Jean Moulin de créer ce comité d'experts. Jean Moulin propose cette création à Londres dans un courrier du 23 juin 1942. Le rôle de ce laboratoire d'idées, qu'on appellerait aujourd'hui un "Think Tank", est d'imaginer ce que devrait être la France d'après-guerre et devrait, dans l'esprit de Jean Moulin, servir de conseil au gouvernement provisoire sur les plans politique, économique et social. Au départ, il choisit quatre membres en essayant de représenter les diverses tendances politique de la Résistance : Paul Bastid, qui avait été l'un de ses professeurs de droit à Montpellier, représentant le radicalisme, Robert Lacoste, militant syndicaliste et membre du comité directeur de Libération pour le socialisme, François de Menthon, membre du comité directeur de Combat pour la démocratie chrétienne et Alexandre Parodi pour la fonction publique et la tradition républicaine. Dès l'automne, ils s'adjoignent Pierre-Henri Teitgen comme secrétaire général et rapporteur des questions politiques, puis en décembre René Courtin, rapporteur pour les questions économiques.

En juin 1943, le comité se transporte à Paris et s'adjoint de nouveaux membres.

Comme l'avait imaginé Jean Moulin, ce comité aida la France Libre à vaincre peu à peu les préjugés et le scepticisme de nos Alliés, en leur montrant que la Résistance était capable d'un travail constructif. Mais cela lui valut l'hostilité de certains chefs de la Résistance qui, certes d'un courage et d'un mérite incontestables, n'avaient pas sa vision stratégique.

Noyautage des Administrations Publiques

Des actions au sein de l'administration avaient déjà été entreprises au plan local à Lyon, et l'idée est reprise et amplifiée par Claude Bourdet, membre du comité directeur de Combat qui l'expose à Jean Moulin vers septembre 1942. Jean Moulin soutient ce projet auprès de Londres.

Le service de Noyautage des Administrations Publiques (N.A.P.) s'avère particulièrement efficace à la S.N.C.F., dans les P.T.T. et la police. Il s'infiltre bientôt dans toutes les administrations de la zone sud. Un effort semblable est tenté en zone occupée et bientôt les services fusionnent sous le commandement de Claude Bourdet. Son efficacité fut remarquable.

Son secrétariat

Au début, Jean Moulin n'a que l'aide de quelques intimes comme Antoinette Sachs, Marcel Ségaut, Pierre Meunier. Très tôt, il engage le jeune Jean Choquet comme courrier personnel et Joseph Monjaret faisant fonction à la fois de secrétaire et de radio. Mais il lui faut s'adjoindre des secrétaires et des agents de liaison.

Un secrétaire, il lui en tombe un du ciel en juillet 1942, en la personne de Daniel Cordier, envoyé pour être radio de Georges Bidault. Il le jauge au cours d'un repas dans un "bouchon" lyonnais et le garde à son service. Daniel Cordier étoffe le secrétariat, recrute des courriers et assure la comptabilité du service financier chargé de distribuer l'argent en provenance de Londres.

Début avril 1943, il s'installe à Paris avec trois employés, Tony de Graaf le remplace à Lyon.

Sa couverture

Dès l'été 1942, Jean Moulin qui se sent de plus en plus en danger cherche à se créer une couverture. Il compte pour cela utiliser ses compétences artistiques. Après avoir cherché des locaux à Lyon, c'est finalement à Nice qu'il ouvre, sous son vrai nom, une galerie de tableaux, la "Galerie Romanin". Il en confie la direction à une jeune femme, Colette Pons, qu'il a rencontrée chez ses amis Chatin de Grenoble (voir notre chapitre « L'Artiste / Galerie Romanin »).

Convocation à Vichy

Jean Moulin reçoit à Saint-Andiol, son domicile officiel, une lettre de convocation du ministère de l'Intérieur pour le 23 mai 1942. Il est reçu par Georges Hilaire qui lui dit que son renvoi de l'administration avait été une injustice et une maladresse, que la France a besoin d'hommes de caractère et d'expérience et que Pierre Laval serait heureux de l'affecter dans l'une des prochaines préfectures vacantes. Jean Moulin décline la proposition et termine par ces mots : « Je désapprouve formellement la politique du gouvernement actuel. Il m'est impossible de le servir. ». Jean Moulin informe Londres de cette proposition en espérant, dit-il, que son refus n'aura pas de conséquence.

Naissance de l'Armée Secrète et des M.U.R. – Mouvements Unis de Résistance

Si l'objectif de la mission REX est dès l'origine d'unifier les mouvements, cette union ne pouvait se faire immédiatement sans la mise en place préalable d'une organisation générale. Tout en mettant sur pied cette organisation, Jean Moulin réunit à partir d'avril 1942, au rythme d'une réunion par semaine, les chefs des trois grands mouvements de zone libre : Combat, Franc-Tireur et Libération. À chaque réunion, Rex s'efforce de rapprocher les points de vue, mais tout est perpétuellement remis en question et il faut souvent tout reprendre à zéro. Rex peste contre ces discussions stériles et bruyantes desquelles rien ne sort. Rémy Roure en témoignera en ces termes :

La mission de Jean Moulin était infiniment délicate. […] Il fallait apaiser les ambitions […] néfastes pour l'ensemble, concilier les opinions divergentes. Jean Moulin qui savait à la fois être ferme et souple, y parvenait lentement, mais y parvenait tout de même… Je me souviens de ces réunions clandestines où il mettait fin à des discussions secondaires ou trop personnelles par un seul mot : « Messieurs, il y a la France ».

Le 22 octobre 1942, le général de Gaulle reçoit à Londres Henri Frenay et Emmanuel d'Astier de la Vigerie qui tous deux contestent l'autorité de Jean Moulin. Le Général leur expose les raisons d'un nécessaire et urgent rassemblement de leurs mouvements autour de Rex qu'il conforte dans sa mission. La fusion des effectifs paramilitaires des trois mouvements de la zone libre en une seule organisation, l'Armée Secrète, placée sous le commandement du général Charles Delestraint est réalisée le 11 novembre 1942. Elle est annoncée au colonel Passy par un message du 15 novembre 1942. Le 20 novembre, l'information est relayée aux gouvernements alliés qui venaient de libérer l'Afrique du Nord française au cours de l'opération Torch, dont la préparation avait fait l'objet de tractations sournoises avec les autorités de Vichy, en tenant la France Libre à l'écart. Jacques Soustelle, citant ce message du 20 novembre conclut :

L'unification de la Résistance française à ce moment précis, réalisée par Jean Moulin, apportait au chef de la France Libre, un soutien inestimable sur lequel il allait s'appuyer pour faire face, au nom de la France, aux manœuvres sournoises d'Afrique du Nord française.

Il fallut encore deux mois pour que le Comité de Coordination des Mouvements se transforme, le 26 janvier 1943, en Mouvements Unis de Résistance ou M.U.R. Un an et 24 jours après le parachutage de Jean Moulin dans les Alpilles, c'est le succès de la mission Rex.